Islamisme et séparatisme

La stratégie gouvernementale pour lutter contre le séparatisme et les atteintes à la citoyenneté

Qu’entend-on par « Lutte contre le séparatisme » ?
Il s’agit de l’ensemble des actions ayant pour but de prévenir, d’entraver et freiner les propositions à visée séparatiste, permettant d’endiguer la propagation de doctrines politiques ou politico-religieuses en rupture avec le pacte républicain.

Qu’entend-on par « islamisme » et « repli communautaire » ?
Le communautarisme est la volonté de soumettre un groupe ou un espace social à des normes tirées de l’interprétation d’une religion, en l’occurrence de l’islam. Ce phénomène conduit à ce qu’une part importante de la vie sociale soit, de fait, organisée et contrôlée par des groupes d’inspiration religieuse, rigoriste et prosélyte, et, pour certains, porteurs d’un projet politique de rupture et de sécession.

 

Le Gouvernement porte une stratégie globale de lutte contre le séparatisme , dont le projet de loi confortant le respect des principes de la République constitue l’une des clés de voûte.

Le Président de la République a fixé les piliers de cette stratégie dans son discours des Mureaux du 2 octobre 2020 :

  • un pilier régalien, fondé sur une politique d’entrave des vecteurs du séparatisme;
  • un pilier social, afin d’incarner sur tout le territoire de la République la promesse d’égalité des chances;
  • un pilier relatif à l’organisation de l’islam de France.