Le théâtre au service de la prévention de la radicalisation

Si l’État se mobilise dans le combat de la radicalisation, il ne peut le mener seul. C’est pourquoi le Plan national de prévention de la radicalisation est un plan de mobilisation. Une mobilisation de tous : élus comme acteurs de la société civile. Une mobilisation de tous ceux qui peuvent porter un « contre discours » pour déconstruire les discours de haine et « activer les anticorps  » des jeunes contre la radicalisation. Le théâtre peut être une arme de prévention et de dissuasion. Le SG-CIPDR soutient donc une dizaine de pièces de théâtre dont celles d’Ismaël Saidi . Ces pièces sont jouées auprès d’un public de jeunes . La plupart sont précédées d’un travail pédagogique préalable et toutes sont suivies d’un débat après la représentation.