Première parisienne de Géhenne d’Ismael Saidi : le théâtre au service de la prévention de la radicalisation

Le succès de la pièce de théâtre « DJIHAD » de la troupe d’Ismaël SAIDI confirme la pertinence de ce type d’outil pour aborder avec un public jeune la question de la tentation du djihadisme et de ses assises idéologiques – racisme et antisémitisme notamment.Sa diffusion sur le territoire a permis de nouer des partenariats utiles avec des établissements scolaires, des conseils départementaux et des communes via le réseau des Maisons des jeunes et de la culture, des acteurs associatifs, des centres sociaux.
La nouvelle production théâtrale « GEHENNE » met l’accent sur le dialogue inter-religieux. Avec ce deuxième volet de la trilogie « Djihad », le personnage principal a cette fois-ci du sang sur les mains. Entre un prêtre chercheur de Dieu et une juive laïque à demi-folle, un terroriste se met à douter en prison.
Le débat qui suit la pièce permet à chaque spectateur de s’exprimer sur ses ressentis et ses émotions, dans un esprit de tolérance. Pour cette première représentation de Gehenne, la rabbine Delphine Horvilleur et l’islamologue Michael Privot ont également participé au débat. Les publics visés sont les jeunes âgés de plus de 14 ans.
Cette action s’inscrit dans le cadre de la mobilisation des acteurs de la société civile dans la production de contre discours inscrit dans le Plan national de prévention de la radicalisation présenté par le Premier ministre le 23 février 2018.